Diesel : un pas en avant, trois pas en arrière…

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Lors de son dernier conseil d’administration, ce 28 juin 2017, le STIF a enfin lancé le programme de tests des émissions des bus achetés ces dernières années. Cette mesure était portée par le groupe écologiste et avait été adoptée en octobre 2015, suite au Volskwagengate. « Après deux années de lutte pour faire appliquer cette décision, c’est un soulagement, d’autant que c’est Airparif qui portera les tests, gage d’indépendance et de sérieux » confie Pierre Serne, élu écologiste à la région et au STIF, qui souhaite avant tout savoir si les constructeurs n’ont pas biaisé les informations sur les émissions réelles des bus franciliens.

Toutefois, les élu-es écologistes restent très vigilant-es sur la question des pollutions émises par les transports. Ils s’étonnent d’ailleurs de voir passer, lors de cette même séance, la commande d’une vingtaine de nouveaux bus Diesel. Pour les écologistes, « c’est à rebours du sens de l’histoire et de l’urgence environnementale et climatique ». Ils notent, de fait, à propos du Diesel le double discours de Valérie Pécresse qui avait déjà repoussé à 2029 la sortie du Diesel du parc des bus prévue initialement en 2025. « Comment organiser la sortie du Diesel en continuant à acheter, en 2017, des bus Diesel ? » s’inquiète l’élu.

A quelques jours de l’avis de la Région sur le Plan de Protection de l’Atmosphère, les écologistes tiennent à rappeler que la pollution est responsable de 42 000 morts prématurées par an et de l’augmentation des maladies respiratoires.

 

2 Comments

  1. Comme d’habitude, la maîtrise des coûts reste prioritaire sur la santé et la sécurité des citoyens. Les moteurs de Bus ne sortiraient-ils pas par hasard d’usines Françaises ? Ainsi la face cachée sera « nous défendons les emplois, tant pis pour la santé ». Mais défendre des emplois qui ne font pas partie des métiers d’avenir ne serais-ce pas également une hérésie ? Ne vaudrait-il pas mieux aider les entreprises Françaises productrices de moteurs fonctionnant au diesel à se moderniser pour qu’elles mettent un pied dans l’avenir électrique / Hybride / hydrogène avant que tous les concurrents soient équipés dans les autres pays ? En tous cas, l’économie faite au prix de la santé représentera un coût majeur dans peu de temps et c’est se voiler la face que de ce cacher derrière la préservation d’emplois.

  2. Et Emerainville est bien « ceinturée » avec la A4, la RN104, voire également la voie ferrée qui utilise encore le diesel pour certaines tractions, pas uniquement celles des marchandises. Au dernier relevé routier pour le compte de la DIRIF sur la Francilienne , réalisé du 10/11/2015 au 14/11/2015, il était noté que le trafic poids-lourds représentait de jour, plus de 15% de ce trafic, et de nuit, entre le 05 et 18/10/2015, il représentait 14,6% en moyenne ! Compte tenu des jours à la circulation restreinte du WE, ce trafic est de l’ordre de 7%. Toujours selon les relevés de la DIRIF. Merci pour les effets de la pollution sur nos concitoyens !

Laisser un commentaire