« Ici, on n’a pas le droit de déployer des compteurs Linky »

 

Chauconin-Neufmontiers, hier.

Article du Parisien du 29 août 2017, par Alexandre ARLOT.
Alors que la filiale EDF entend déposer un nouveau recours gracieux, Michel Bachmann, maire, compte bien poursuivre la fronde.

Le maire (DVG) Michel Bachmann peut savourer sa « victoire ».
La justice l’a conforté dans son refus d’installation de ce dispositif par Enedis.
La préfecture avait déposé un recours. 

Les panneaux plantés à l’entrée de la commune donnent le ton. En entrant à Chauconin-Neufmontiers, le visiteur pénètre dans « le village fort de sa nature » et dans un lieu de mémoire de la guerre de 1914- 1918. Le panonceau « Village anti-Linky » l’informe aussi que les prestataires d’Enedis (ex-ERDF) ne sont pas les bienvenus.
Le mois dernier, le tribunal administratif de Melun a relancé le débat concernant la pose de ce dispositif
décrié. Il a rejeté la requête de la préfecture de Seine-et-Marne, laquelle demandait la suspension d’une délibération interdisant la pose de compteurs Linky, prise en décembre dernier par le conseil municipal de Chauconin.
La raison ? Le recours a été déposé hors délai, c’est-à-dire plus de deux mois plus tard. Bien qu’il s’agisse d’une « victoire technique », le maire Michel Bachmann « savoure cette décision qui nous conforte ». « A Chauconin, nous sommes réputés pour avoir une certaine nature, sourit l’élu proche de la France
insoumise.
Nous n’aimons pas trop qu’on nous impose des choses. » Enedis peut en témoigner. Un avertissement a été placardé sur plusieurs compteurs de Chauconin accessibles depuis la voie publique :
« Techniciens mandatés par Enedis : si vous posez un compteur Linky, vous serez en infraction ! » Bref, un petit village de 3 000 habitants résiste encore et toujours.
A la bande dessinée de Goscinny et Uderzo, Michel Bachmann préfère la fable de Jean de la Fontaine :
« C’est la lutte du pot de terre contre le pot de fer. » Celle-ci a commencé en novembre 2016.
« Nous avons organisé une réunion publique avec la volonté de confronter les points de vue »,
rappelle le maire. Ce soir-là, la salle est bondée. « Nous avons invité des représentants d’Enedis ainsi que des opposants, poursuit-il. Force est d’admettre qu’Enedis n’a pas convaincu.
» La protection des données personnelles et les courants porteurs en ligne laissent perplexe.

POUR LE PRESTATAIRE, CETTE DÉCISION NE FERA PAS JURISPRUDENCE
Pour Thierry Bara, directeur territorial d’Enedis pour la Seine-et-Marne, cette décision ne fera pas jurisprudence. « Il s’agit d’un vice de procédure, insiste-t-il. Dans toutes les villes, à chaque fois qu’un tribunal administratif a été saisi sur le fond, il a donné raison à la préfecture ou à Enedis. » La filiale d’EDF a donc présenté un nouveau recours gracieux à la municipalité « en demandant cette fois l’abrogation de la délibération litigieuse ».
« Les compteurs Linky ne présentent aucun risque pour la santé », assure Thierry Bara.
Michel Bachmann a rendez-vous la semaine prochaine avec l’avocat de la commune.
Et compte bien poursuivre la fronde. « Aujourd’hui, je considère qu’Enedis n’a pas le droit de déployer des compteurs sur notre territoire », martèle-t-il.

 

Laisser un commentaire