Emerainville n’est pas (encore) Grenoble

Etonnant comme les publications municipales, et autres OPNI (cf. article précédent), servent moins à parler de l’actualité des Emerainvilloises et des Emerainvillois qu’à parler de politique politicienne.

Dernier exemple : « Le Lien émerainvillois n 123 », dans la tribune d’Emerainville au coeur non signé donc attribué à M. Kelyor, on peut y lire toute une diatribe sur le maire de Grenoble (EELV) qui a osé signé un arrêté anti expulsion sur sa commune. S’en suit une logorrhée sur la conformité des arrêtés avec la loi et une défense de l’économie libérale et des gentils investisseurs dans l’immobilier.

Rien sur les drames que peuvent rencontrer certaines familles qui du jour au lendemain peuvent se retrouver à la rue. En revanche la douleur que peuvent ressentir les investisseurs qui vont délaisser ce secteur pour placer leur argent ailleurs est palpable, cela sent le vécu.

L’article se termine par une question : « Que fera M. Huleux (EELV) s’il devenait le maire d’Emerainville ? »

Emerainville n’est pas Grenoble et les difficultés de logement dans la 16ème ville de France ne sont pas les mêmes que dans une petite ville comme la nôtre. Quand M. Huleux sera maire d’Emerainville, il traitera humainement les problèmes d’expulsions sans en faire un foin idéologique. Il y a bien quelques logements appartenant à la ville qui se seront libérés après les élections.

Laisser un commentaire