L’hôpital… la charité… Quinion

L’hôpital se fout de la charité…

Et Quinion découvre la vie à Emerainville.

Trop c’est trop !

Depuis le début de la campagne, Quinion passait sont temps à taper sur Kelyor. Normal, après 12 ans à le soutenir à l’insu de son plein gré il avait du temps à rattraper.

Passe encore qu’il n’ait pas de programme (celui-ci n’est qu’une pâle copie de ce qu’Ensemble pour Emerainville propose depuis de nombreuses années : reprendre l’idée d’une navette électrique qu’il avait combattue avec Kelyor…).

Passe encore que lui et ses amis aient été influencés (manipulés ?) par Impellizzieri qui leur a fait miroité une alliance gagnante avec les dissidents socialistes locaux ce qui leur a donné le courage de rompre avec Kelyor.

Mais trop c’est trop !

Quinion, dépassé par la campagne reprend tous les codes de l’ULEM : sous-entendus nauséabonds, calomnies et mensonges.

Le dernier en date ? Sur sa page Facebook, dans un article intitulé « La duperie des écologistes d’Emerainville » il fait des raccourcis et a des affirmations douteuses.

Il parle de vaines discussions d’entre deux tours. S’il avait regardé notre site (et il l’a fait) il aurait lu que dès le 9 mars nous affirmions qu’il n’y aurait pas de fusion avec aucune liste.

Il nous dit que le 20 mai il y aurait eu une rencontre a sa demande avec Jacques Huleux et que celui-ci aurait eu des exigences inacceptables… Qu’il a pris pour argent comptant. Quinion ne sait pas que lorsque l’on ne souhaite pas qu’une négociation aboutisse on met la barre le plus haut possible pour être inacceptable. Quinion découvre les joies de la négociation.

Puis il écrit qu’il est impossible de fusionner avec les écologistes d’Emerainville ! Mais alors pourquoi en a-t-il fait la demande ? Quinion a du temps à perdre.

Et, enfin, Quinion tombe dans l’a peu près, le mensonge et les sous-entendus. « Huleux ne connait pas ses colistiers », « sur l’environnement, il semblerait même exister un accord tacite entre Kelyor et Huleux ».

Allant jusqu’à parler de pratiques et de méthodes qui laissent songeur, on croit rêver quand on voit se qui s’est passé pendant la campagne avec les crachats, les insultes, les affiches arrachées !

Voilà, la boucle est bouclée : les mêmes pratiques que Kelyor et l’ULEM, on ne change pas les bonnes vieilles habitudes.

 

Il ose finir sa diatribe par « Voter pour la liste des écologistes c’est voter et même renforcer Alain Kelyor ». Il ose tout ! Cela fait 12 ans qu’il est, avec ses ami·es, maire adjoint de Kelyor, qu’il a voté tout, absolument tout ce que lui a présenté Kelyor. Cela fait 12 qu’il ne s’est  jamais opposé à toutes les saloperies distillées dans les tracts de l’ULEM. Où étaient-ils quand nous défendions les personnels en difficultés ? Où étaient-ils quand nous demandions des explications sur la montagne de déchets ? Où étaient-ils quand nous exigions la construction d’un mur anti-bruit promis par l’Etat ? Où étaient-ils quand nous nous opposions à une zone bleue étendue à toute la ville ?

Où étaient-ils ?

Où sont-ils ?

Où seront-ils si Kelyor gagne les élections ? Dans l’opposition ? Ou ailleurs ?

Nous, nous sommes prêts à gérer la commune et nous sommes prêts à siéger dans l’opposition si cela devait arriver.

Comment vous faire confiance Monsieur Quinion, vous qui reprenez les bonnes vieilles habitudes de l’ULEM que nous combattons depuis tant d’années ?

Monsieur Quinion, n’inversez pas les rôles ! L’opposition à Kelyor à Emerainville ce sont les écologistes et personne d’autre. En tout cas ce n’est pas vous.

Pascal Vesvre, Secrétaire départemental EELV77, Conseiller Fédéral EELV

 

Laisser un commentaire